Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
Fil RSS

L'actualité en détail

Découvrez d'autres articles

« Faire le pont » est une expression bien connue des salariés, qui leur permet de profiter d’un...

mai 2011

                       ...

avril 2011

Service-RH a développé avec son partenaire GAP Transition un diagnostic vous permettant...

mai 2011

Selon l'importance de ses effectifs, l'entreprise doit respecter un certain nombre d'obligations...

mars 2011

                 ...

juin 2011

En signant un contrat de travail, le salarié s’engage à venir effectuer son activité dans la limite...

août 2011

Les entreprises ont des besoins réguliers en ressources humaines, qu’il s’agisse de recrutement, de...

mars 2010

Début mars, le président de la République a présenté de nouvelles mesures destinées à favoriser...

mars 2011

Linkedin, Viadeo ou encore Facebook vont-ils remplacer le CV classique ? Oui un jour, répondent 4...

septembre 2011

Notre projetService-rh.com a décidé d’entreprendre un tour de France des tendances RH. En...

mai 2010
Que faire quand un salarié ne se présente pas à son poste?
Question RH

En signant un contrat de travail, le salarié s’engage à venir effectuer son activité dans la limite du temps de travail prévu par son contrat. Toutefois, il peut arriver que le salarié soit absent de son poste de travail. La plupart du temps, le salarié prévient son employeur et justifie son absence mais que faire lorsque le salarié n’a pas justifié ou prévenu de son absence ?


Première chose à comprendre. Le salarié s’engage par le biais de son contrat de travail à effectuer une prestation de travail. Cet engagement impose au salarié d’être présent et de réaliser son activité selon les modalités prévues dans son contrat de travail ou applicables à l’entreprise.
Toutefois, le salarié dispose du droit de s’absenter de son travail à la condition que celui-ci justifie la cause de son absence. En effet, un salarié peut être arrêté pour maladie s’il dispose d’un arrêt de travail, ou pour des raisons personnelles (mariage, décès, …) à partir du moment où il apporte à son employeur les justificatifs apportant la preuve de la réalité du motif de l’absence.
Mais il peut arriver qu’un matin, un salarié ne soit pas présent sans qu’il est prévenu ou justifier son absence. Que faire alors ?
Le premier réflexe à avoir est de tenter de contacter le salarié pour lui demander quelle est la raison de son absence. Même si le salarié justifie oralement son absence, celui-ci devra tout même produire un écrit démontrant la réalité des faits (arrêt maladie, certificat de décès, certificat médical d’un enfant, …).

Attendre 48 heures avant de mettre en demeure le salarié

Lorsque le salarié ne répond pas ou ne justifie pas de son absence, il convient d’attendre 48 heures avant d’envoyer un courrier au salarié le mettant de demeure de justifier son absence.
Il est conseillé d’envoyer cette mise en demeure par courrier recommandé avec accusé de réception afin de pouvoir justifier de cette démarche et de sa date.
Si vous n’avez pas de nouvelles de votre salarié au bout de quelques jours, vous pourrez lui envoyer une nouvelle mise en demeure, puis, en l’absence de réponse, procéder au licenciement de ce salarié pour absence injustifiée.
Attention : certaines conventions collectives prévoient une durée plus longue pour le salarié afin de justifier son absence. Vérifiez votre convention avant de mettre en demeure un salarié.


Quel calendrier suivre ?

En règle générale, il convient d’attendre 3 à 4 jours à partir du premier jour d’absence pour envoyer la première mise en demeure au salarié.
Ensuite, il faut laisser passer un certain temps (5 à 7 jours en moyenne) afin de permettre au salarié de justifier son absence.
Si une semaine plus tard, le salarié n’a toujours pas justifier son absence, vous pourrez alors le convoquer à un entretien préalable en vue d’une sanction pouvant aller jusqu’au licenciement.

Pour résumer, il faut en moyenne attendre 15-20 jours d’absence injustifiée avant de convoquer le salarié à un entretien préalable. La procédure dure donc entre 25 jours et un mois entre le premier jour d’absence et la notification du licenciement pour absence injustifiée.



                                    d'après Intelligence-RH